• Accueil
  • > PROGRAMME « VIVRE ENSEMBLE A MONTIVILLIERS »

Archive pour la Catégorie 'PROGRAMME « VIVRE ENSEMBLE A MONTIVILLIERS »'

CULTURE, PATRIMOINE, LOISIRS

Montivilliers est une ville chargée d’histoire où la culture a toujours occupé une place prépondérante. Elle s’inscrit pour nous dans une démarche participative car elle est l’affaire de tous ; Tout être humain a droit à la culture car elle est essentielle à son développement et à son équilibre. Elle est souvent au cœur des débats et doit devenir un besoin pour chacun d’entre nous car elle représente un moyen d’échange et de partage. Pour cela, elle se doit d’être généreuse et accessible à toutes les couches sociales et à tous les âges.

Montivilliers nous offre un potentiel qu’il faut exploiter et valoriser pour nous projeter dans l’avenir. C’est ce qu’ensemble nous vous proposons aujourd’hui.

Plusieurs thèmes ont été étudiés pour développer et mettre en valeur notre commune dans les domaines de la culture, des loisirs et du maintien du patrimoine.

Concernant les LOISIRS :

- Nous avons la volonté de voir revenir les grands moments festifs que sont les fêtes populaires. Pour cela nous ferons appel aux associations, aux quartiers, aux commerçants comme nous avons su le faire jadis avec les festivals de l’air du temps.
- N’oublions pas non plus nos jeunes qui voient dans Montivilliers une ville peu attractive pour eux . Alors là plusieurs pistes peuvent être envisagées. Rappelons-nous le temps du foyer des jeunes à Montivilliers (donner l’exemple d’une salle pour eux)
- Il faut conserver l’esprit des fêtes de quartiers et consulter les habitants. Le dialogue a une place importante dans la vie des gens. Nous en avons une belle preuve avec la belle-étoile, sa fête de quartier et son journal.
- Rapidement, il nous faudra entamer une réflexion sur l’utilisation des 4 salles de cinéma que nous propose la CODAH pour remplacer les Gaumonts qui ont été cédés un peu trop facilement.
- Et puis, nous travaillerons sur la mise en œuvre d’une salle de spectacle pouvant accueillir 500 places. Cela nous semble indispensable car une ville de 17 000 habitants comme la nôtre doit pouvoir offrir au public une meilleure qualité d’accueil. Elle doit pouvoir servir aux spectacles des écoles, à l’expression de nos associations de musiques, chants, théâtre, danse … Mais il faut pouvoir y inscrire des séminaires et des conférences.

Pour le TOURISME :

- Nous voulons relancer la promotion du parcours spectacle et cœur d’abbaye et le faire évoluer pour que notre abbaye, inscrite dans le circuit des abbayes normandes, soit connue par un éventail de gens et quelle prenne enfin sa pleine dimension. Nous pensons que ce projet ambitieux est un atout pour l’économie de notre ville car c’est une façon de développer le tourisme et le commerce local.
- Nous pensons que si l’idée porte ses fruits nous serons amenés à améliorer l’accueil des touristes. Un camping et une aire de stationnement pour camping-car pourraient être créés.

Concernant le PATRIMOINE :

- Il faudra relancer les plans de maintien du patrimoine que nous ne pouvons pas laisser se dégrader. Nous optimiserons pour cela, avec un maximum d’anticipation, les subventions d’état et de région pour continuer la restauration. – La réhabilitation des bâtiments de la cour St Philibert s’inscrit dans cette démarche car cela permettrait la redistribution des locaux pour les associations. Cela permettrait à la cour St. Philibert d’être animée tout au long de l’année et non pas seulement pour quelques occasions.

Les associations sont au cœur de notre cité et elles la font vivre par diverses manifestations. Nous devons aller vers elles, leur faire confiance, respecter leur choix leur indépendance et y contribuer, travailler ensemble.

Notre démarche culturelle, nous la voyons dans la confiance, nous la voulons participative car ce n’est qu’ensemble que nous pourrons construire et faire en sorte que Montivilliers demain redevienne ce qu’elle était autrefois, une ville attractive et dynamique.

PETITE ENFANCE, ENFANCE, JEUNESSE

Montivilliers est une ville qui reste relativement jeune dans sa composition, l’une des plus jeunes du Département. Les questions liées à la petite enfance, l’enfance et la jeunesse sont donc au cœur des préoccupations d’un grand nombre de familles montivillonnes. Des préoccupations qui concernent l’éducation, la pratique sportive, les loisirs ou bien encore les modes de garde.

Il ne s’agit pas de dire qu’il n’existe rien dans ce domaine à Montivilliers.
Des services municipaux interviennent, notamment le service Enfance / Jeunesse (étendu à la scolarité depuis quelques temps) qui a développé, à partir du début des années 90, de nombreuses actions éducatives et de prévention.
De même, de multiples associations locales et des partenaires institutionnels agissent au quotidien.

Deux dossiers font actuellement l’actualité : la Maison de l’enfance et le péri scolaire.
- En ce qui concerne la maison de l’enfance : après plusieurs années de rebondissement, de gâchis financiers, il reste bon nombre d’interrogations, dus à des « cafouillages ». Quant au fonctionnement opérationnel du projet…
- Le second (l’accueil péri scolaire) qui, après que le Maire actuel y fut farouchement opposé, en fait maintenant une priorité à traiter dans l’urgence.

Pour notre part, nous faisons le pari de l’éducation, du sport et de l’accès à la connaissance pour tous. C’est un investissement pour l’avenir, porteur de progrès social, de cohésion et de liens entre les différentes catégories de la population.
Nous en faisons donc une priorité.

Dans tous ces domaines, il s’agit :
- d’assurer la pérennité du projet « Maison de l’enfance » et de chercher à amplifier l’offre de garde des jeunes enfants.
- de maintenir une dynamique « Petite Enfance » sur le quartier de la Belle Etoile.
- de développer, en concertation avec l’ensemble des acteurs, les accueils péri scolaires de façon cohérente et avec un contenu éducatif
- de maintenir, voire d’augmenter l’offre éducative et d’animation à l’attention des enfants et des jeunes
- Réorganiser et de renforcer les initiatives en faveur de l’insertion sociale et professionnelle des jeunes dans les domaines de l’emploi, de la formation, de l’accès au logement, des transports.

D’une façon générale, le rôle de la Ville doit s’articuler autour de quelques principes généraux :
- Développer, à travers les services municipaux, des actions éducatives de qualité dans un souci de dialogue et de réponse aux besoins des familles.
- Soutenir et accompagner les nombreuses associations locales existantes en inscrivant ce soutien dans le cadre de conventions et d’objectifs partagés avec celles qui le souhaitent.
- Animer un réseau de partenaires pour mutualiser des moyens, impulser des réflexions et des actions communes.

Tout cela ne peut pas, comme c’est trop souvent le cas aujourd’hui, reposer uniquement sur les épaules des techniciens.

Montivilliers a besoin d’un vrai projet politique pour ses jeunes, d’une ambition à la hauteur d’une Ville de 17 000 habitants dans laquelle vivent de nombreux enfants et adolescents.

Protection de l’environnement et développement économique

Nous proposons de faire de l’environnement une préoccupation totalement intégrée dans la priorité de développement durable par les économies d’énergie, le suivi des rejets, la problématique de l’eau et le respect du paysager. Nous soutiendrons toutes les propositions respectueuses de l’environnement et étudierons les projets Haute Qualité Environnementale qui nous seront soumis. Parallèlement, nous développerons la sensibilisation du public.

En ce qui concerne la lutte contre les inondations. Les structures sont lancées, nous devons être vigilants sur les écoulements. Nos pistes sont d’intensifier les techniques d’hydrauliques douces, la mise en herbe des bassins versants, le couvert végétal, talus, haie et le principe de la retenue d’eau à la parcelle. Pour cela, nous devons développer un vrai partenariat avec les associations et les inondés.
Le travail sur les alertes doit être approfondi. Par exemple, chaque montivillons concerné devra être bien au courant du système d’alerte en place dans le cadre de le CODAH.
Un autre axe serait de développer des espaces naturels, d’insérer des zones de promenade, et des parcours de randonné.

Un lien naturel entre l’environnement et le développement économique est le tourisme. Nous souhaitons faire en sorte que les touristes aient envie de faire de Montivilliers une étape de leur voyage en leur proposant un pôle attractif. Création de gîtes, de camping et d’aires de camping car. Il est donc nécessaire de proposer une communication adaptée et inscrite dans la durée. Il nous faut valoriser notre patrimoine et soutenir notre commerce local en incitant la venue des touristes.

Pour le Vivre ensemble à Montivilliers, l’urbanisme est un élément primordial. Nous proposons des projets de réhabilitions et de mise aux normes modernes de confort des habitations vétustes du centre ville (OPAH : opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat) afin de ramener dans de bonnes conditions la population dans un centre qui a tendance à se désertifier.

Aujourd’hui la famille a changé : il y a des familles mono-parentales, des couples dont les enfants ont quitté le nid. La configuration de ces familles évolue, leur besoin en matière d’habitation aussi. Toutefois, ces habitants désirent rester dans leur quartier. La municipalité doit créer les conditions pour que le logement s’adapte à ces changements de vie. Nous proposons de soutenir la création d’un nouveau type d’habitations « maisons de ville » dans les quartiers pavillonnaires. Ces logements pourront accueillir des personnes attachées à leur quartier et recherchant une habitation plus adaptée à leur besoin

(3ème point de l’urbanisme : Favoriser l’émergence d’entreprises par l’augmentation du nombre d’hôtels d’entreprises à l’initiative de la Ville.)

Dans cette optique, il convient de développer et de dynamiser le commerce de proximité au centre ville et à la Belle étoile en les rendant plus attractifs tant pour les montvillons que pour les personnes de passage. Depuis peu la loi permet aux villes de faire de la préemption de locaux. Le vendeur, quant à lui, doit mettre aux normes son local avant de le vendre. Cette mise aux normes entraîne parfois des frais important qui se reportent sur l’acheteur. L’appui de la ville peut alors être pertinent pour aider les acheteurs dans cet investissement. Nous proposons de travailler à une aide à la mise aux normes.

Nous souhaitons développer le partenariat avec les commerçants et les associations pour retisser le lien et évoquer les questions du moment, les suggestions et les projets les impliquant.

Synthèse du développement économique et de l’environnement, la voirie et le transport. Dans nos pistes, ouvrir une réflexion pour désengorger notre ville de la voiture et favoriser un meilleur partage de la voirie.

Nous voulons une nouvelle approche des réalisations à effectuer, en relation étroite avec la population, à travers les conseils de quartiers et en intégrant les avis des techniciens municipaux. Il est nécessaire de changer la méthode actuelle et de choisir les priorités avec les habitants des quartiers concernés.

Le transport est de la compétence de la Communauté d’Agglomération du Havre, la CODAH. Nos missions sont d’influer sur les réflexions d’un tram train de Montivilliers vers Le Havre.
Il est nécessaire de prendre en compte les avis avant d’intensifier le réseau Fil Bus, le vélo – route. Le co-voiturage est une organisation négligée actuellement. Là encore, la Ville doit écouter les associations pour monter ce projet d’organisation du co-voiturage.

Notre projet de vivre ensemble repose à la fois sur la protection de l’environnement, sur un urbanisme maîtrisé et la volonté d’un développement économique.

LE LIEN SOCIAL A MONTIVILLIERS

Le secteur social est important au sein d’une ville comme la notre. Ce secteur ne peut pas être réduit, comme s’est trop souvent le cas, uniquement au fait d’apporter une aide à l’attention des personnes défavorisées. En fait, il concerne tous les montivillons.

Effectivement, le social nous interroge sur la façon dont nous souhaitons« vivre ensemble ».

Quels liens, quel niveau de cohésion sociale souhaitons-nous mettre en place pour que les montivillons aient le sentiment d’être traité à égalité ? Comment, malgré nos différences (d’âge, de situations sociales, de lieux d’habitation…), nous pouvons partager un avenir commun sur le territoire de Montivilliers ?

Cela inclut également la notion de solidarité. Nous revendiquons le fait que la collectivité doit apporter une aide aux personnes qui rencontrent des difficultés particulières. Ces difficultés pouvant être liées à l’économie, au logement, à l’éducation, la santé, l’âge par exemples.

Nous constatons qu’il existe, sur la ville de Montivilliers comme ailleurs, un réseau de services sociaux porté principalement par le Département et ses partenaires.
La Ville, essentiellement via son CCAS, a développé son activité auprès des personnes âgées (Résidence pour Personnes Agées, maison médicalisée…), la Maison de la Solidarité propose également des services dans les domaines de l’insertion et de l’aide alimentaire notamment à travers son épicerie sociale.
Nous souhaitons nous arrêter sur ce dernier point ; l’épicerie sociale.
Saviez-vous qu’en 1995, la Ville de Montivilliers avait dépensé en aide alimentaire la somme de 130 000€ (ce qui, en € constant représente environ 180 000) ?
Saviez-vous, également, que ce poste budgétaire s’est élevé en 2006 à 17 000 € ? Soit environ 10 fois moins.
Que s’est-il passé à Montivilliers en 10 ans ? La pauvreté a-t-elle été réduite par 10 ?

Nous pensons plutôt que c’est la politique menée par l’actuelle équipe municipale qui peut nous fournir quelques explications :
- D’une part, les plafonds de revenu pour accéder aux aides sont très faibles et il n’existe aucune aide exceptionnelle d’urgence
- D’autre part, le montant de ces aides est très faible (15€/mois)
- Enfin, autre point scandaleux ; pour bénéficier de ces aides, les personnes ont obligation de s’inscrire dans un atelier (gestion de budget, recherche d’emploi, cuisine…). S’ils ne le font pas l’aide alimentaire est refusée. Tout cela est humiliant pour les personnes, de plus, pour une aide très réduite.
Bien sur, le principe des ateliers est intéressant mais il doit évidemment s’appliquer dans le cadre d’une démarche volontaire, respectueuse des individus et dans une logique d’ouverture vers les autres et non pas, comme s’est le cas actuellement, de fabrication d’un ghetto.
- Résultat ; les personnes qui se rendent au CCAS ont le sentiment d’être jugées, culpabilisées et ne vont plus chercher les aides auxquelles elles ont pourtant droit.
- Voilà donc comment réduire un budget par 10 !
Voilà comment la solidarité est mise en œuvre aujourd’hui à Montivilliers !

Pour « vivre ensemble » à Montivilliers dans la solidarité, nous vous proposerons très prochainement nos propositions concrètes, dont nous préférons réserver la primeur dans un document qui sera distribué aux habitants de Montivilliers.

Comme en ce qui concerne le parking de l’hôpital J. Monod pour lequel nous prenons clairement position en faveur de sa gratuité, notre liste proposera des engagements forts dans les différents domaines du lien social.

LA DEMOCRATIE LOCALE A MONTIVILLIERS

Il nous semble que la démocratie à Montivilliers est un sujet sensible.

Sensible parce que beaucoup de montivillons ont contribué, en 2001, a mettre en place sans le vouloir, un système municipal flou dans ses objectifs, contestable dans ses méthodes et, en tout cas, loin des valeurs de la gauche espérées à l’époque.

Cela pose la question de la confiance qui peut être accordée aux personnes élues.
C’est, en partie, ce qui nous amène à réagir et à nous engager dans ce processus de la démocratie représentative que constituent les élections municipales. Processus où chaque élu doit être écouté et jouer un rôle.

Au-delà de cette mise au point, nous souhaitons « aller plus loin » et nous proposons de franchir avec les montivillons une nouvelle étape dans le domaine de la démocratie.

Souvent, déformée, caricaturée, utilisée à des fins démagogiques, c’est de la démocratie participative dont nous voulons vous parler.

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit en fait, dans une logique de quotidienneté proximité et de proximité avec les habitants, de prolonger le processus démocratique au-delà du jour des élections.
C’est un véritable objectif politique que nous nous fixons ; enrichir le débat citoyen, considérer les Montivillons comme des personnes ressources pouvant apporter créativité et dynamisme dans les domaines qui les concernent et les préoccupent.

C’est un objectif politique, certes, c’est aussi, pour que cela ne reste pas de vaines intentions, des méthodes et des outils.
C’est donc avant tout, un état d’esprit ; la volonté de véritablement écouter les habitants, de diffuser de l’information ; des élus vers la population et de la population vers les élus.

Cela constitue des étapes préalables et indispensables.

Ensuite, différents degrés de participation et de dialogue sont envisageables. Bien sur, sous la responsabilité des élus, ils doivent reposer sur :
- la reconnaissance et la prise en compte de l’intérêt public (y compris des personnes qui ne participent pas)
- La nécessité d’établir des modes de débat le plus égalitaire possible entre tous les participants

Concrètement, nous proposons que soit désigné sur chaque territoire de Montivilliers un élu de référence chargé d’être à l’écoute des habitants, de retransmettre à l’ensemble des élus, les attentes et les propositions émanant des différents quartiers.

Ce travail, inscrit dans la durée, doit permettre de faire vivre des conseils de quartier comme de véritables espaces de débat, de concertation, de confrontation d’idées, de prise de décision.
La co gestion d’enveloppes budgétaires participatives pourrait être un objectif à atteindre.

Bien sur, il n’existe pas de baguette magique dans ce domaine.
C’est pourquoi notre volonté politique doit être clairement affichée.

Au delà des habitants, il s’agit, non seulement, de mobiliser de façon transversale les services municipaux, mais aussi, les partenaires institutionnels et associatifs qui le souhaitent.
Organiser une fête de quartier, aménager un espace urbain, créer un collectif habitants/techniciens/élus autour de la petite enfance, des personnes âgées, voilà quelques exemples, parmi beaucoup d’autres, qui pourraient, avec l’aide des structures déjà existantes, alimenter la démocratie locale au quotidien.

Nous évoquions précédemment l’importance de l’information et de la communication avec les montivillons.
Nous devons imaginer de nouveaux outils dans ce domaine ; des journaux municipaux qui, certes, rendent compte de l’activité municipale mais qui, également, laissent davantage de place à l’expression des habitants.
Il nous faut aussi, pour que cette communication soit plus interactive, davantage explorer les possibilités que nous offrent les nouvelles technologies.

Enfin, nous conclurons sur ce point en évoquant le mode de gestion du personnel municipal. Chacun connaît, à travers la presse locale ou ses relations personnelles, l’état des liens existants entre la plupart des élus actuels et le personnel municipal. Nous nous passerons donc de citer des exemples tant ils sont nombreux et affligeants.
Il est évident qu’une équipe municipale doit être en capacité d’impulser une dynamique auprès de la population. Elle ne peut le faire qu’avec des agents municipaux écoutés, mobilisés, respectés et qui comprennent le sens de leur action.

Tout en étant conscient des charges qui incombent aux élus en tant qu’employeur, il s’agit, avant tout, de restaurer la confiance.

Manque de communication, de transparence, de confiance, de concertation, d’écoute c’est, en fait, la démocratie qui a régressé depuis 7 ans à Montivilliers.

Voilà pourquoi notre équipe vous propose cette démarche volontariste et résolument participative.

Changer la méthode municipale

Extrait du discours de Daniel PETIT prononcé le 6 février dernier :
« Le socle de notre programme démocratique est avant tout une méthode de travail assise sur trois piliers indissociables que sont :

- LA PARTICIPATION
- L’ANTICIPATION
- LA REPRESENTATION

Ces 3 piliers sont soudés par un ciment composé du respect humain, de la solidarité et du travail collectif. Ce ciment indispensable dans une ville socialiste et qui n’existe plus à Montivilliers depuis quelques années.

La PARTICIPATION, Pour nous, c’est rester à l’écoute des associations, des quartiers, des commerçants, des agents communaux, de tous les partenaires et acteurs de la vie locale. Notre but est d’échanger pour construire.
L’ANTICIPATION, pour la mettre en place, il nous faut d’abord gagner le pari de la participation et l’anticipation pourra alors s’inscrire dans tous les projets.
Anticipation = dossiers mieux préparés, gain de temps, baisse des surcoûts. Ce qui veut dire possibilité d’ouvrir d’autres projets. ( Ex : dossier maison de l’enfance : 7 ans de tergiversations et de modifications du projet pour poser la première pierre le 21 février…).
Enfin, REPRESENTATION, car pour moi, le Maire ne doit pas être le seul maître à bord, mais il se doit d’être le porte parole du conseil municipal vers tous les partenaires extérieurs de la ville. Je pense particulièrement à la CODAH ».

 

 

Notre programme

Comme nous l’avions annoncé, la Liste de Rassemblement de la Gauche démocratique et citoyenne pour Montivilliers a réuni ses groupes de travail.

Nous publierons très prochainement nos axes programmatiques pour notre ville.

Exigeons la gratuité du parking de l’hôpital Monod !

Depuis plusieurs mois, un Collectif rassemblant divers mouvements politiques et syndicats s’est constitué pour exiger la gratuité du parking de l’hôpital Monod.

Ce samedi 12 janvier, de 14h à 17h, un rassemblement d’une soixaine de personnes a encore permis aux usagers de l’hôpital de bénéficier de la gratuité du parking.

Parmi eux, on pouvait compter de nombreux membres de la liste du Rassemblement de la gauche démocratique et citoyenne pour Montivilliers.

Notre liste voit dans ce combat là un des enjeux du service public de demain. Il est inadmissible qu’aux franchises de santé multipliées par la droite s’ajoute l’obligation faite aux patients et à leurs proches de payer plusieurs euros pour avoir le droit de stationner. Pour certains, la facture est lourde lorsqu’il faut venir des semaines d’affilée suivre des soins à l’hôpital.

Les élus municipaux, mais aussi ceux de la CODAH, sont désormais placés au pied du mur.

Pour notre part, nous prenons l’engagement de mener une action résolue en faveur de la gratuité du parking lorsque nous serons élus à la mairie de Montivilliers.




courrierapolitique |
fndouai2008 |
christinescellemaury |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Construire avec vous le du ...
| Bien Vivre ensemble l'aveni...
| COMMUNAL HAOUR FEYZIN 2008