• Accueil
  • > BATTRE LA DROITE : UNE NECESSITE

Archive pour la Catégorie 'BATTRE LA DROITE : UNE NECESSITE'

DEBOUT LA GAUCHE !

Chères électrices, chers électeurs,

Dimanche 16 mars, vous devrez choisir entre la droite et la gauche pour Montivilliers.

Voter pour la liste du RASSEMBLEMENT DE LA GAUCHE DEMOCRATIQUE ET CITOYENNE, c’est voter pour la seule liste qui a su rassembler l’ensemble de la gauche dès le premier tour !

UNE GAUCHE FIERE DE SES VALEURS PEUT RASSEMBLER PLUS DE 60% DES SUFFRAGES.

Dimanche, allons-y tous ensemble !

Le PS et le PC y croient ; LES MONTIVILLONS DOIVENT LE CONFIRMER !

………………………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………………
Le blog est figé jusqu’à dimanche minuit ; il rouvrira après.
Nous vous donnons aussi rendez-vous dimanche soir à la Salle des Fêtes.
8)

La « force tranquille » de la gauche face à la droite

« Hallali », c’est le terme que Marie-Ange Maraine utilise dans son article de jeudi 13 mars à propos de la situation de G. Banville. Il est vrai que lorsque l’on consulte le blog de MM. Banville et Sauvage, on découvre un tract qui sent le boxeur dans les cordes qui a déjà essuyé un enchaînement de directs et crochets et dont on sent que l’upercut à venir va le laisser KO… la défaite politique… Un tract tapant à bras raccourcis sur tout ce qui bouge. Promettant des réalisations déjà actées et présentées en conseils de quartiers. Opérant un chantage à l’égard des Montivillons (« voulez-vous que tout soit abandonné ? »). Au passage, un subterfuge démocratique destiné à leurrer les Montivillons : remplacer G. Banville par M. Sauvage.

De notre côté, du côté du Rassemblement de la gauche démocratique et citoyenne, nous ne nous trompons pas de combat et nous considérons les Montivillons comme des adultes responsables. Nous ne voulons pas sauver quelques prébendes liées à des fonctions publiques. Nous avons un adversaire tapi dans l’ombre, qui attend son heure : la liste de droite, la liste Bunel.

En contraste des derniers coups désordonnés de la liste minoritaire Banvage/Sauville, nous proposons la « force tranquille » :
- la « force tranquille » du programme travaillé, réfléchi, débattu, muri, enrichi par le débat avec la population ;
- la « force tranquille » d’une équipe compétente et complémentaire ;
- la « force tranquille » du soutien de la population qui nous a donné 37% des suffrages et placé largement devant la liste du maire sortant ;
- la « force tranquille » du soutien des instances fédérales socialistes et communistes, ainsi que de nombreux élus du département.

Cette force tranquille est LA GAUCHE ; nous la mettons au service des Montivillons.

Dimanche, face au risque de voir la droite enlever la mairie de Montivilliers, le choix est donc clair pour chacun d’entre nous :

Voter Banvage/Sauville, c’est voter Bunel !

Voter Petit, c’est battre Bunel et ancrer Montivilliers à gauche !

La droite a-t-elle des chances de l’emporter ?

A trois jours d’un vote décisif pour l’avenir de Montivilliers et pour le rapport de force politique dans l’agglomération, et alors qu’il est quasiment sûr que trois listes se présenteront au second tour, nous devons nous poser une question : la droite a-t-elle des chances de l’emporter ?

Dans le tract que lui et ses colistiers distribuent depuis ce matin, la droite de JP Bunel analyse la situation à gauche. Le « chef » de la « droite » (oui, c’est écrit, en tout petit, sur leurs tracts : « divers droite, d’ouverture et contre le sectarisme ») essaie de faire croire que notre liste fait passer au second plan l’intérêt des Montivillons parce que nous avons un différend politique avec la liste de G. Banville. Il essaie de faire croire que les communistes revendiqueront la fonction de maire. Il essaie de faire croire qu’il y a des « insultes », de la « haine », etc. Il essaie tout simplement, avec force opportunisme, de profiter de la situation…

Alors, d’abord, apportons quelques précisions :

1°) Tout le monde sait que c’est notre tête de liste, Daniel PETIT, qui sera élue maire si nous l’emportons dimanche ; prétendre le contraire est mensonger et calomnieux ;

2°) Il n’y a pas eu d’insulte, il n’y a pas de haine entre les listes Banville et Petit ; il y a UN DESACCORD POLITIQUE (comme nous l’avons expliqué ici, déjà…) ; mais cela, JPB ne peut le comprendre car tout le monde a le petit doigt sur la couture du pantalon dans son équipe ; il n’est pas habitué à la contestation ;

3°) Notre programme pour la ville a été présenté au premier tour et les Montivillons l’ont apprécié en matière de :
– démocratie participative ;
- protection de l’environnement ;
- justice et de lien social ;
- développement économique
- culture, sports et loisirs.

D’ailleurs, JP Bunel sait bien qu’il est mauvaise posture. Il fait semblant du contraire, affichant une allure sereine, au-dessus de la mêlée. Mais en réalité, dans son tract, il se trahit lorsqu’il en appelle aux abstentionnistes, aux déçus, etc. Car il sait très bien qu’il a fait le plein de ses voix au 1er tour. Or, 39%, ça ne fait pas la victoire, même si la liste du maire sortant se maintient. Il sait très bien que le RASSEMBLEMENT DE LA GAUCHE n’est qu’à 134 voix derrière lui. Il sait très bien qu’il ne peut passer que dans le chas d’une aiguille.

CEPENDANT, RIEN N’EST JOUE !
Il faut que les électeurs de gauche se rassemblent sur la liste de Daniel PETIT car c’est la meilleure chance de battre la droite de JP Bunel !!

Mobilisation générale pour faire gagner la gauche !

Mobilisation générale pour faire gagner la gauche ! dans Actualites doc tract2etour.doc

« Choisis ton camp, camarade ! »

Depuis dimanche, on se bouscule sur le blog du Rassemblement de la gauche démocratique et citoyenne !
Nombreux sont les électeurs, citoyens, démocrates, femmes et hommes de gauche, républicains qui, espérant réellement l’union de la gauche, ont été déçus par la situation de triangulaire.
Mais il en est un qui lit nos billets et commentaires, sans se faire connaître, sans y répondre, mais qui, dans l’ombre, se frotte les mains d’abord et exploite les querelles ensuite, notamment en se répandant dans les médias : c’est Jean-Pierre BUNEL !

JPB, un homme soit disant a-politique : en réalité, il est avec l’UMP pour qui il distribue à l’occasion des tracts ; il s’affiche avec son grand ami Fidelin qui lui-même est un ami de Sarko et qui vote ses projets de loi (allez sur le site de l’Assemblée nationale et du Sénat et vous verrez si Fidelin est de gauche !) ;

JPB, un homme « contre le sectarisme » : n’importe quoi ! quel rapport avec la politique ? il veut faire croire que ses concurrents sont sectaires ! mais qui joue au « chef » dans sa bande ? c’est lui ! qui l’adule ? c’est son équipe ! Avez-vous vu comment ils parcourent la ville, lui au milieu, eux autour, comme une garde prétorienne ? En réalité, le sectarisme serait plutôt de leur côté par l’omniprésence du chef et l’idolâtrie dont il fait l’objet… comme dans une secte !

JPB, un homme qui, en 6 ans, n’améliore pas son score aux municipales ! quel bel esprit de conviction ! quelle capacité à convaincre ! Il faut dire que, pour un professionnel de la communication, il est difficile à cerner… rappelez-vous son interview à la télé dans laquelle il disait : « je crois avoir de bonnes chances de gagner, à cause (sic!!!!) que j’ai de l’expérience… » !! Même la droite havraise doute de ses capacités…

ALORS, pour ne pas faire gagner cette droite, CITOYEN, DEMOCRATE, ELECTEUR DE GAUCHE, CAMARADE, CHOISIS TON CAMP !

Dimanche, le choix est simple :
- voter pour Bunel, c’est voter à droite ;
- voter pour Banville, c’est voter pour la droite, car c’est affaiblir la gauche éligible ;
- voter pour Petit, c’est voter pour la gauche la mieux placée au premier tour, c’est faire gagner la gauche à Montivilliers !

La droite et la « modernisation » du Code du travail

La droite n’en finit pas de porter des coups contre les salariés. Son dernier opus est la « modernisation » du code du travail, qui s’apparente à une recodification prétendument à « droit constant ».

Cette « modernisation » consiste en réalité en un recul sans précédent du droit du travail, auquel il faut ajouter les projets de réforme de l’abus de bien social qui a pour objet de faire échapper plus facilement les patrons à ce délit.

Sur ces sujets, nous vous invitons à lire l’article « Tornade patronale sur le code du travail » de Gérard FILOCHE, inspecteur du travail, membre du Parti socialiste, dans Le Monde diplomatique du mois de février 2008 (p. 12-13).

Pour dire « STOP » à la précarisation du monde du travail,
Pour dire « STOP » aux franchises de santé,
Pour dire « OUI » à une augmentation des salaires et traitements,
Pour dire « OUI » à un renforcement du rôle des salariés dans les entreprises,
il faut envoyer un signal clair au gouvernement Sarkozy-Fillon et battre toutes les listes de droite présentes au second tour des municipales !

A Montivilliers, il faut battre la droite sarkozyste de JP Bunel !

Un carton… « rouge » à la droite !

Alors que certains candidats aux municipales de Montivilliers n’assènent qu’un carton « jaune » à la droite, notre liste n’hésite pas : c’est un carton « rouge » qu’il faut adresser au gouvernement Sarkozy/Fillon/Parisot !!

En effet, nous n’en sommes plus aux simples menaces contre le monde du travail ou les services publics, mais bien aux cadeaux fiscaux pour les plus aisés, aux franchises de santé pour les plus modestes, à la baisse du service public et de la fonction publique, autant de tacles par derrière, synonymes en football de carton rouge !

Carton « jaune » ou carton « rouge », on voit bien que, même pour sanctionner le gouvernement de droite, pour voter utilement à gauche, il faut voter dès le premier tour pour le Rassemblement de la gauche démocratique et citoyenne conduit par Daniel PETIT.

 

JP Bunel : nouveau souffle à Montivilliers ??

On savait déjà que sa candidature était autoproclamée.

Mais, ce soir, lors de la réunion publique de la liste de JP Bunel, on a une confirmation de la ligne que suivra M. Bunel s’il est élu maire.

Avec un « one man show » sur fond de projection des images de son programme, la présentation des propositions de l’équipe Bunel a donné le ton.

D’ailleurs, « équipe », le mot est un peu fort : aucune participation de ses colistiers ; aucun dialogue avec la salle et interdiction nous avait été faite de poser des questions !

La dizaine de personnes présente (sans compter les membres de notre liste) devait être déçue puisque, moins d’une heure après le début, plusieurs ont quitté la salle.

Pour notre part, et nous l’avons prouvé lors de réunions publiques réunissant un très large public (au moins en comparaison de celui de JPB !), nous préférons la discussion ouverte et franche, subir la critique et pouvoir y répondre, construire avec les gens. Bref, la dynamique collective face au caporalisme.

Alors, redisons-le ! le « nouveau souffle pour Montivilliers », c’est le nouveau souffle du Rassemblement de la gauche démocratique et citoyenne conduit par Daniel PETIT !

La liste de J.-P. Bunel : la droite sarkozienne

Il y a quelques temps, le candidat de l’opposition actuelle (et future !) M. J.-P. Bunel a fait distribuer dans nos boites à lettres son bulletin d’information. On y decouvre que sa liste est fidèle à la droite sarkozienne.

En effet, celui qui s’affiche ostensiblement avec le député UMP D. Fidelin, dans ses tracts, en photos et au marché, axe son programme sur la sécurité. Pas la sécurité sociale, pas la sécurité au travail et du travail, c’est-à-dire tout ce champ social délaissé par la droite gouvernementale, mais bien la sécurité physique, obsession classique de la droite depuis quelques années. Ainsi, à lire M. Bunel, Montivilliers serait en passe de devenir une sombre ville de banlieue parisienne !

Les premières lignes de son bulletin sont édifiantes : « L’insécurite, les dégradations, les incivilités connaissent une recrudescence certaine à Montivillliers. Mais, on en parle à mots couverts, question de ne pas écorner l’image de la Commune ». La suite de son éditorial est à l’avenant : « améliorer de facon significative la sécurite », « faiblesse du budget consacré à la sécurité », « la Police municipale ne comptera plus que deux agents », « installer la vidéosurveillance », « un couple de commercants victime d’un braquage ». Plus une photo de voiture brûlée et de tags en page 6.

Dans le tract distribué au marché, la liste de M. Bunel s’inscrit dans la même veine et ne développe qu’un seul aspect de son programme : « mieux tranquilliser les quartiers de la ville ».

M. Bunel nous refait le coup de l’insécurité !! celui qui, d’ailleurs, avait si bien marché lors de la présidentielle de 2002. Mais celui qui cache le vide de la pensée et l’inefficacité de l’action.

Le vide de la pensée d’abord. Car comme toujours dans cette partie de la droite, on songe à répondre aux conséquences au lieu de réflechir aux causes et de traiter les problèmes à leurs racines. Comment peut-on décemment prétendre faire baisser la délinquance lorsque le chômage s’enkyste et la pauvreté s’accroit, le contrat social se délite, la société construite est de plus en plus dure, sous la conduite de gouvernements de droite qui façonnent une nouvelle société individualiste, favorisant les plus riches, cassant les solidarités sociales – celles construites à la Liberation notamment ?? Mais de cela, J.-P. Bunel ne dit mot car ce serait critiquer la politique de l’UMP.

L’inefficacité de l’action ensuite. Car l’actuel président de la République, ancien ministre de l’Intérieur, s’est fait fort de supprimer dès 2002 la police de proximité pour… la réintroduire il y a quelques semaines sous une autre forme. Cinq années gâchées par la volonté de détruire le travail du gouvernement Jospin, par la volonté de réprimer tous azimuts. Et le bilan de Sarkozy à l’Intérieur, on le connaît, il est proche du 0/20. Quand on parle avec des policiers, ceux du terrain, du Havre et d’ailleurs, on entend que la délinquance ne décroît pas. Quand on installe la défiance entre les jeunes et la police, on ne peut rien espérer de bon. Les graves évènements de Villiers-le-Bel le montrent encore une fois !

Par cette sorte d’obsession sécuritaire, JP Bunel représente tout à fait le gouvernement Sarkozy. Le candidat de l’opposition municipale actuelle, qui se disait apolitique, a finalement considéré qu’en disant la vérité sur sa famille de pensée, en se revendiquant clairement de droite, en agitant les peurs, fort de quelques études électorales, il réussirait probablement à gagner la municipalité de Montivilliers.

Mais le climat a changé en peu de temps : Nicolas Sarkozy qui voulait s’investir dans la campagne des municipales a pris du recul, conscient que son mauvais bilan présidentiel (pouvoir d’achat qui s’effondre, entreprises qui ferment, pauvreté qui augmente, cadeaux fiscaux aux riches, franchises de santé qui frappent les classes sociales pauvres et moyennes) entraînera l’échec de la droite aux municipales. Le temps tourne à l’orage…

Et pour donner une claque à Sarkozy, les municipales sont une belle occasion. A Montivilliers, pour donner une claque à Sarkozy, il faut battre la liste de J.-P. Bunel.

Pour faire efficacement barrage à la droite, vous l’avez compris, une seule solution : faire gagner la seule liste de gauche, celle qui est basée sur la démocratie participative, celle qui honorera ses engagements : la liste du Rassemblement de la gauche démocratique et citoyenne.

Votez dès le premier tour pour la liste du Rassemblement de la gauche démocratique et citoyenne pour Montivilliers !!

Faire efficacement barrage à la droite en ancrant Montivilliers à gauche : c’est possible !!

A lire certains commentaires, la droite pourrait ravir la mairie de Montivilliers à la gauche, notamment parce que la gauche part divisée aux élections municipales.

Mais ce pronostic est-il crédible ? Non : 1) d’abord, la droite locale représente la droite nationale et il faut lui faire barrage en raison du programme de régression sociale qui est le sien ; 2) ensuite, la division de la gauche n’est qu’apparente.

1) D’abord, la droite, malgré la victoire récente de Nicolas Sarkozy, n’est pas en position de force. Il faut rappeler ici les dégâts sociaux qu’elle a causée depuis mai 2007, sans compter ceux déjà occasionnés auparavant, sous MM. Chirac, Raffarin, Villepin et… Sarkozy (dont on oublie trop rapidement qu’il était le seul ministre d’Etat du précédent gouvernement et qu’il est même revenu au ministère de l’Intérieur – avait-il dit – pour mieux surveiller les coups tordus qui commençaient à tomber).
Ces dégâts sociaux, on peut les lister, sans être exhaustif :
- cadeaux fiscaux aux plus aisés d’entre nous, par le bouclier fiscal et la révision des tranches de l’impôt sur le revenu consistant à les écreter,
- franchises de santé, pénalisant les moins fortunés,
- reculs en matière de retraite, alors même que les efforts ne sont pas équitablement partagés dans la nation,
- accroissement sans précédent du patrimoine d’une fraction de la population, alors qu’une part de plus en plus large de la population, y compris parmi les classes moyennes, commence à perdre pied,
- hausses des prix sans précédent, alors que les salaires et traitements, dans le privé comme le public, stagnent,
- politique de désengagement de l’Etat (hôpitaux, universités, petite enfance, etc.) et de recul de la solidarité (retraite notamment) au profit d’une individualisation forcenée,
- explosion des profits boursiers, chômage chronique et accroissement de la pauvreté.

Localement, à Montivilliers, le candidat de la droite cherche à cacher sa filiation avec l’UMP et le programme anti social et favorable aux plus riches que met en application le chef de l’Etat. Quand on sait que le taux de chômage et celui de pauvreté de l’agglomération havraise sont largement supérieurs à ceux de la moyenne nationale, il faut être inquiet pour la population de Montivilliers.

La droite locale ne peut donc pas être portée aux affaires car elle est symbolise une droite nationale de combat, arrogante, qui a par ailleurs confisqué les médias, étouffant le débat au profit d’une « peoplelisation » de l’information.

2) La droite locale pourrait-elle gagner parce que la gauche se divise en présentant deux listes : la nôtre portant le Rassemblement d’une part, celle du maire actuel d’autre part ?

Encore une fois, non ! La division locale de la gauche est le résultat de la politique d’un homme (peut-on même parler d’ « équipe » tant l’autocratie a marqué la dernière mandature ?). Dès lors, la réconciliation d’un projet politique de gauche pour Montivilliers et d’une méthode d’administration démocratique de la ville est de nature à faire gagner la gauche ! Or, ce projet et cette méthode, la Liste de Rassemblement de la Gauche démocratique et citoyenne pour Montivilliers les porte !!

Donc, pour faire efficacement barrage à la droite, réaffirmer des valeurs de gauche et engager Montivilliers dans un projet et une méthode respectueux de ces valeurs, une seule solution : le vote pour la liste de Rassemblement de la Gauche démocratique et citoyenne pour Montivilliers dont Daniel PETIT est la tête de liste.

12



courrierapolitique |
fndouai2008 |
christinescellemaury |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Construire avec vous le du ...
| Bien Vivre ensemble l'aveni...
| COMMUNAL HAOUR FEYZIN 2008