• Accueil
  • > Archives pour février 2008

Archive mensuelle de février 2008

Page 2 sur 3

Liste du Rassemblement de la Gauche démocratique et citoyenne pour Montivilliers, « Vivre ensemble à Montivilliers »

Voici la liste définitive du Rassemblement de la Gauche démocratique et citoyenne pour Montivilliers, « Vivre ensemble à Montivilliers » :

1°) Daniel PETIT (Tête de liste, Contremaître expert chez TOTAL, sympathisant socialiste) 59 ans

2°) Ghislaine HERVE (Agent d’accueil CPAM, militante syndicale, sympathisante socialiste) 54 ans

3°) Jean-Michel VALLERY (Conseiller municipal sortant, socialiste) 58 ans

4°) Véronique BLONDEL (Technicienne de laboratoire, conseillère régionale, communiste) 52 ans

5°) Jean-Pierre LAMARE (Associatif écologiste) 61 ans

6°) Josette JEANNE DIT FOUQUE (Retraitée de la mairie de Montivilliers) 63 ans

7°) Pascal DUMESNIL (Directeur d’un établissement social, militant associatif) 43 ans

8°) Viviane RIOULT (Retraitée, socialiste) 60 ans

9°) Gilles BELLIERE (Logisticien secteur bancaire, ancien conseiller prud’hommal) 52 ans

10°) Marie-Hélène FAMERY (En formation de conseillère en insertion professionnelle) 38 ans

11°) Aurélien LECACHEUR (Assistant pédagogique, communiste) 22 ans

12°) Pascale GALAIS (Technico-commerciale, ancienne adjointe au maire de Montivil liers) 54 ans

13°) Thierry LEROUX (Cadre au Port Autonome) 53 ans

14°) Gwénaëlle COROUGE (Professeur des écoles) 34 ans

15°) André LESEIGNEUR (Retraité Renault, communiste) 61 ans

16°) Nada AFIOUNI (Maître de conférences en anglais, militante syndicale) 38 ans

17°) Jean Claude BLONDEL (Adjoint au maire sortant, communiste) 58 ans

18°) Annick HAUCHECORNE (Agent d’accueil à la CPAM) 52 ans

19°) Patrick GUARD (Directeur d’école) 51 ans

20°) Anne DARBON (Mère au foyer) 37 ans

21°) Jacques THIEUSSELIN (Commerçant) 49 ans

22°) Christine LECACHEUR (Assistante maternelle agréée, communiste) 45 ans

23°) Nicolas GUILLET (Maître de conférences en droit public, associatif parents d’élèves) 35 ans

24°) Dominique GOUVEIA (Assistante maternelle) 41 ans

25°) Gilbert JOIGNANT (Retraité Total, Représentant locataires HLM, apparenté communiste) 63 ans

26°) Nathalie LEPREVOST (Educatrice) 43 ans

27°) Antoine TAUVEL (Etudiant) 21 ans

28°) Andrée BAR (Conseillère sociale, apparentée communiste) 54 ans

29°) Jean-Luc HEBERT (Cadre industrie pétrolière, délégué syndical) 52 ans

30°) Martine HURE (Présidente d’une asso locale, ancienne adjointe au maire, socialiste) 57 ans

31°) Gérard BODIN (technicien de laboratoire, associatif écologiste) 44 ans

32°) Florence BAUDRY (Assistante maternelle) 45 ans

33°) Hubert COLLINEAU (Cadre SNCF) 37 ans

Moyenne d’âge : 48 ans

Marché brumeux, éclaircies électorales ! (14 février)

Pour cause de vacances, les familles arpentaient les allées et rues de la ville, renforçant le caractère sympathique de notre marché. Certes, il faisait assez frais mais l’ambiance était au beau fixe du côté du Rassemblement de la gauche démocratique et citoyenne pour Montivilliers !

En effet, le climat s’éclaircit à Montivilliers.

D’abord, la liste de G. Banville ne prétend plus abriter des communistes mais des « républicains de sensibilité communiste ». Donc pas de communiste encarté sur la liste Banville, contrairement à ce qui avait été annoncé plus tôt en janvier. Notre liste incarne donc bien seule le rassemblement de la gauche !

Ensuite, la liste de J.-P. Bunel fait son coming out : serrant les coudes avec le député Daniel Fidelin, elle assume son engagement du côté de l’UMP ! Les électeurs de Montivilliers apprécieront ! Voteront-ils pour celles et ceux qui incarnent les franchises de santé, les coupes dans la fonction publique et les cadeaux fiscaux aux plus aisés ? Notre liste offre au contraire une possibilité de donner un signal fort au gouvernement de droite en battant celle de JP Bunel.

Daniel Petit (tête de liste)
dscf0632.jpg

Nada Afiouni (16e sur la liste)
dscf0629.jpg

Daniel Petit, Nada Afiouni, Jean-Michel Vallery (3e)
dscf0625.jpg

Les mêmes, plus Gilles Bellière (9e).
dscf0626.jpg

RV du 11 au 17 février

Avec un Comité de soutien étoffé (200 noms), une première belle réunion publique et un bon accueil auprès de la population, la liste du Rassemblement de la gauche démocratique et citoyenne pour Montivilliers a lancé une dynamique de victoire.

Après avoir engagé les réflexions dont certaines ont été publiées ici même, après avoir fait naître le débat sur l’opportunité d’une dynamique citoyenne de gauche pour Montivilliers, notre liste poursuit sa campagne de façon visible et offensive.

Cette semaine, après une réunion mardi soir au Foyer des Anciens, nous vous rencontrerons jeudi matin à la Gare puis au marché.

Nous serons également présents dans les quartiers en fin de semaine :

- samedi 16/02, 10h , devant la mairie, puis auprès des commerçants et de la résidence pour personnes âgées,

- dimanche 17/02, matin, à la jardinerie Belle-Etoile et au Champion d’Epouville.

Cordialement

L’équipe de « Vivre ensemble à Montivilliers », liste de Rassemblement de la gauche démocratique et citoyenne pour Montivilliers

Elections municipales de Montivilliers 2008 : information

Pour celles et ceux qui n’auraient pas assisté au dernier conseil municipal, vous trouverez ci-après la lettre de démission de Mme Martine BRUGER, désormais ancienne adjointe au maire de Montivilliers, que nous nous sommes procurée. Les motifs de sa démission n’ayant pas été rendus publics dans la presse, il nous a semblé utile d’en faire part ici.

Elections municipales de Montivilliers 2008 : information dans Actualites doc lettredemission.doc

Mise en ligne décalée du programme

Pour des raisons bien compréhensibles qui tiennent au respect de nos propositions par les autres listes, nous décalerons de quelques jours la suite de la mise en ligne de notre programme.

Nos propositions ont été réfléchies, muries, débattues ; elles sont désormais écrites et seront sous presse très prochainement.

Lorsque nous serons prêt à sortir notre projet sur papier, nous pourrons réalimenter le blog avec ces propositions.

LE LIEN SOCIAL A MONTIVILLIERS

Le secteur social est important au sein d’une ville comme la notre. Ce secteur ne peut pas être réduit, comme s’est trop souvent le cas, uniquement au fait d’apporter une aide à l’attention des personnes défavorisées. En fait, il concerne tous les montivillons.

Effectivement, le social nous interroge sur la façon dont nous souhaitons« vivre ensemble ».

Quels liens, quel niveau de cohésion sociale souhaitons-nous mettre en place pour que les montivillons aient le sentiment d’être traité à égalité ? Comment, malgré nos différences (d’âge, de situations sociales, de lieux d’habitation…), nous pouvons partager un avenir commun sur le territoire de Montivilliers ?

Cela inclut également la notion de solidarité. Nous revendiquons le fait que la collectivité doit apporter une aide aux personnes qui rencontrent des difficultés particulières. Ces difficultés pouvant être liées à l’économie, au logement, à l’éducation, la santé, l’âge par exemples.

Nous constatons qu’il existe, sur la ville de Montivilliers comme ailleurs, un réseau de services sociaux porté principalement par le Département et ses partenaires.
La Ville, essentiellement via son CCAS, a développé son activité auprès des personnes âgées (Résidence pour Personnes Agées, maison médicalisée…), la Maison de la Solidarité propose également des services dans les domaines de l’insertion et de l’aide alimentaire notamment à travers son épicerie sociale.
Nous souhaitons nous arrêter sur ce dernier point ; l’épicerie sociale.
Saviez-vous qu’en 1995, la Ville de Montivilliers avait dépensé en aide alimentaire la somme de 130 000€ (ce qui, en € constant représente environ 180 000) ?
Saviez-vous, également, que ce poste budgétaire s’est élevé en 2006 à 17 000 € ? Soit environ 10 fois moins.
Que s’est-il passé à Montivilliers en 10 ans ? La pauvreté a-t-elle été réduite par 10 ?

Nous pensons plutôt que c’est la politique menée par l’actuelle équipe municipale qui peut nous fournir quelques explications :
- D’une part, les plafonds de revenu pour accéder aux aides sont très faibles et il n’existe aucune aide exceptionnelle d’urgence
- D’autre part, le montant de ces aides est très faible (15€/mois)
- Enfin, autre point scandaleux ; pour bénéficier de ces aides, les personnes ont obligation de s’inscrire dans un atelier (gestion de budget, recherche d’emploi, cuisine…). S’ils ne le font pas l’aide alimentaire est refusée. Tout cela est humiliant pour les personnes, de plus, pour une aide très réduite.
Bien sur, le principe des ateliers est intéressant mais il doit évidemment s’appliquer dans le cadre d’une démarche volontaire, respectueuse des individus et dans une logique d’ouverture vers les autres et non pas, comme s’est le cas actuellement, de fabrication d’un ghetto.
- Résultat ; les personnes qui se rendent au CCAS ont le sentiment d’être jugées, culpabilisées et ne vont plus chercher les aides auxquelles elles ont pourtant droit.
- Voilà donc comment réduire un budget par 10 !
Voilà comment la solidarité est mise en œuvre aujourd’hui à Montivilliers !

Pour « vivre ensemble » à Montivilliers dans la solidarité, nous vous proposerons très prochainement nos propositions concrètes, dont nous préférons réserver la primeur dans un document qui sera distribué aux habitants de Montivilliers.

Comme en ce qui concerne le parking de l’hôpital J. Monod pour lequel nous prenons clairement position en faveur de sa gratuité, notre liste proposera des engagements forts dans les différents domaines du lien social.

LA DEMOCRATIE LOCALE A MONTIVILLIERS

Il nous semble que la démocratie à Montivilliers est un sujet sensible.

Sensible parce que beaucoup de montivillons ont contribué, en 2001, a mettre en place sans le vouloir, un système municipal flou dans ses objectifs, contestable dans ses méthodes et, en tout cas, loin des valeurs de la gauche espérées à l’époque.

Cela pose la question de la confiance qui peut être accordée aux personnes élues.
C’est, en partie, ce qui nous amène à réagir et à nous engager dans ce processus de la démocratie représentative que constituent les élections municipales. Processus où chaque élu doit être écouté et jouer un rôle.

Au-delà de cette mise au point, nous souhaitons « aller plus loin » et nous proposons de franchir avec les montivillons une nouvelle étape dans le domaine de la démocratie.

Souvent, déformée, caricaturée, utilisée à des fins démagogiques, c’est de la démocratie participative dont nous voulons vous parler.

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit en fait, dans une logique de quotidienneté proximité et de proximité avec les habitants, de prolonger le processus démocratique au-delà du jour des élections.
C’est un véritable objectif politique que nous nous fixons ; enrichir le débat citoyen, considérer les Montivillons comme des personnes ressources pouvant apporter créativité et dynamisme dans les domaines qui les concernent et les préoccupent.

C’est un objectif politique, certes, c’est aussi, pour que cela ne reste pas de vaines intentions, des méthodes et des outils.
C’est donc avant tout, un état d’esprit ; la volonté de véritablement écouter les habitants, de diffuser de l’information ; des élus vers la population et de la population vers les élus.

Cela constitue des étapes préalables et indispensables.

Ensuite, différents degrés de participation et de dialogue sont envisageables. Bien sur, sous la responsabilité des élus, ils doivent reposer sur :
- la reconnaissance et la prise en compte de l’intérêt public (y compris des personnes qui ne participent pas)
- La nécessité d’établir des modes de débat le plus égalitaire possible entre tous les participants

Concrètement, nous proposons que soit désigné sur chaque territoire de Montivilliers un élu de référence chargé d’être à l’écoute des habitants, de retransmettre à l’ensemble des élus, les attentes et les propositions émanant des différents quartiers.

Ce travail, inscrit dans la durée, doit permettre de faire vivre des conseils de quartier comme de véritables espaces de débat, de concertation, de confrontation d’idées, de prise de décision.
La co gestion d’enveloppes budgétaires participatives pourrait être un objectif à atteindre.

Bien sur, il n’existe pas de baguette magique dans ce domaine.
C’est pourquoi notre volonté politique doit être clairement affichée.

Au delà des habitants, il s’agit, non seulement, de mobiliser de façon transversale les services municipaux, mais aussi, les partenaires institutionnels et associatifs qui le souhaitent.
Organiser une fête de quartier, aménager un espace urbain, créer un collectif habitants/techniciens/élus autour de la petite enfance, des personnes âgées, voilà quelques exemples, parmi beaucoup d’autres, qui pourraient, avec l’aide des structures déjà existantes, alimenter la démocratie locale au quotidien.

Nous évoquions précédemment l’importance de l’information et de la communication avec les montivillons.
Nous devons imaginer de nouveaux outils dans ce domaine ; des journaux municipaux qui, certes, rendent compte de l’activité municipale mais qui, également, laissent davantage de place à l’expression des habitants.
Il nous faut aussi, pour que cette communication soit plus interactive, davantage explorer les possibilités que nous offrent les nouvelles technologies.

Enfin, nous conclurons sur ce point en évoquant le mode de gestion du personnel municipal. Chacun connaît, à travers la presse locale ou ses relations personnelles, l’état des liens existants entre la plupart des élus actuels et le personnel municipal. Nous nous passerons donc de citer des exemples tant ils sont nombreux et affligeants.
Il est évident qu’une équipe municipale doit être en capacité d’impulser une dynamique auprès de la population. Elle ne peut le faire qu’avec des agents municipaux écoutés, mobilisés, respectés et qui comprennent le sens de leur action.

Tout en étant conscient des charges qui incombent aux élus en tant qu’employeur, il s’agit, avant tout, de restaurer la confiance.

Manque de communication, de transparence, de confiance, de concertation, d’écoute c’est, en fait, la démocratie qui a régressé depuis 7 ans à Montivilliers.

Voilà pourquoi notre équipe vous propose cette démarche volontariste et résolument participative.

Changer la méthode municipale

Extrait du discours de Daniel PETIT prononcé le 6 février dernier :
« Le socle de notre programme démocratique est avant tout une méthode de travail assise sur trois piliers indissociables que sont :

- LA PARTICIPATION
- L’ANTICIPATION
- LA REPRESENTATION

Ces 3 piliers sont soudés par un ciment composé du respect humain, de la solidarité et du travail collectif. Ce ciment indispensable dans une ville socialiste et qui n’existe plus à Montivilliers depuis quelques années.

La PARTICIPATION, Pour nous, c’est rester à l’écoute des associations, des quartiers, des commerçants, des agents communaux, de tous les partenaires et acteurs de la vie locale. Notre but est d’échanger pour construire.
L’ANTICIPATION, pour la mettre en place, il nous faut d’abord gagner le pari de la participation et l’anticipation pourra alors s’inscrire dans tous les projets.
Anticipation = dossiers mieux préparés, gain de temps, baisse des surcoûts. Ce qui veut dire possibilité d’ouvrir d’autres projets. ( Ex : dossier maison de l’enfance : 7 ans de tergiversations et de modifications du projet pour poser la première pierre le 21 février…).
Enfin, REPRESENTATION, car pour moi, le Maire ne doit pas être le seul maître à bord, mais il se doit d’être le porte parole du conseil municipal vers tous les partenaires extérieurs de la ville. Je pense particulièrement à la CODAH ».

 

 

Une belle réunion publique

C’est à une belle réunion publique qu’ont pu assister les Montivillons hier soir, mercredi 6 février, à la salle des Fêtes. La Liste du Rassemblement de la Gauche démocratique et citoyenne pour Montivilliers y présentait en effet son programme, ainsi que ses colisitiers. Sans partis, membres du PS, du PCF, des Verts et écologistes ; militants syndicaux et associatifs, d’associations de parents d’élèves, d’associations sportives ou d’associations d’inondés, se sont réunis pour rassembler la population, ancrer Montivilliers à gauche et faire efficacement barrage à la droite. Plus de 120 personnes étaient présentes à la réunion, essentiellement des sympathisants mais également des personnes curieuses de cette liste parfois présentée comme « troisième liste ».

C’était en tout cas la première des trois listes en compétition à porter le débat sur le fond et à présenter des propositions concrètes de façon globale, pour tous les secteurs de la ville. Et les présents ont pu constater que le sérieux, la compétence, le dynamisme et l’ambition étaient réunis dans une équipe plurielle, diverse et complémentaire.

La présentation du projet pour la ville était à l’image de notre campagne : collective. Pascal DUMESNIL sur la démocratie locale, Véronique BLONDEL sur l’environnement et l’urbanisme, Jean-Michel VALLERY sur le développement économique, Marie-Hélène FAMERY sur le lien social et la solidarité, Aurélien LECACHEUR sur la jeunesse, Ghislaine HERVE sur la culture et les loisirs ont tour à tour décliné les axes forts de notre projet :
- une démocratie locale renforcée,
- la protection de l’environnement conjuguée au développement économique,
- l’affirmation de la solidarité et du lien social,
- une vie sociale ambitieuse, autour de l’éducation, de la culture et du patrimoine, du sports et des loisirs.

Daniel PETIT, tête de liste, s’est présenté puis a énoncé comment il entendait diriger la mairie lors de la prochaine mandature : dans l’anticipation des projets, dans la consultation de la population, dans le travail d’équipe avec les élus au sein du conseil municipal mais aussi en dehors, par exemple à la CODAH. Cette nouvelle méthode d’action municipale voulue par notre liste et portée par Daniel PETIT est fondamentale parce qu’elle assurera un mieux vivre ensemble mais aussi des économies financières non négligeables.

Nicolas GUILLET a pour sa part rappelé les origines de la liste du Rassemblement de la Gauche démocratique et citoyenne :
- D’abord, il y a la rupture de confiance. Rupture de confiance dans une équipe municipale dirigée par l’actuel maire Gabriel BANVILLE qui a tourné le dos à une politique de gauche.
- Ensuite – mais c’est étroitement lié à l’élément précédent –, il y a aussi la volonté d’un renouveau de l’action politique. Une action politique qui ne soit pas confisquée par quelques-uns, une action politique qui soit au contraire portée par toutes et tous.
- Enfin, et les participants à la réunion ont pu le constater à l’énoncé de nos propositions, il y a une ambition pour Montivilliers.

Dans un deuxième temps, la salle et les colisitiers ont échangé autour de questions locales portant sur, entre autres sujets, les inondations, le développement démographique, la sécurité, l’accueil périscolaire et la place faite aux vieux.
A également été soulevée la question de la destination de l’ancien monument aux morts, dont il conviendra de prendre soin en le plaçant dans un lieu où il continuera à être respecté.
Un large débat a porté sur la question financière : quels sont les moyens des ambitions de la liste du Rassemblement de la gauche ? Les chiffres du budget ont été rappelés, montrant que 3 à 4 millions d’euros sont disponibles chaque année pour investir ; il est donc impossible de mener des projets d’investissement trop ambitieux en même temps (la construction d’une salle de spectacles a été avancée pour projet d’investissement).
Toutefois, des partenaires financiers existent : Etat, région, département qui peuvent être sollicités pour subventionner (par exemple, pour poursuivre la restauration du patrimoine de la ville). Il a été souligné qu’il fallait développer un cercle économique local vertueux : développer le tourisme permettra par exemple de faire prospérer le commerce local (il ne suffit pas de déplorer le manque de fréquentation de l’Abbaye…) ; créer des infrastructures publiques permettra d’attirer et/ou de maintenir les familles à Montivilliers car des services publics de qualité répondront à leurs besoins ; ainsi, des ressources financières supplémentaires naîtront et alimenteront le budget municipal ce qui permettra d’assurer des réalisations. Michel Valléry, ancien maire de Montivilliers et présent hier soir, a parfaitement démontré la voie à suivre : politiquement ambitieuse, financièrement raisonnable mais volontaire.

Cette voie, notre liste entend la suivre : une ligne portée par une dynamique de gauche, une gauche de rassemblement, une gauche de renouvellement, une gauche de transformation pour Montivilliers.

Après plus de 3h de réunion, les participants se sont donné rendez-vous pour une 2e réunion publique qui se tiendra, à la salle des Fêtes, le 4 mars prochain. D’ici là, marchés et quartiers seront arpentés, à la rencontre de la population.

A bientôt !

dscf0610.jpgdscf0596.jpgdscf0616.jpgdscf0595.jpgdscf06141.jpg

Les colistiers du Rassemblement de la Gauche Démocratique et Citoyenne pour Montivilliers

Un dimanche matin frisquet mais radieux ! le jour de la photo !

img2108.jpg

 

img2135.jpg


Au premier rang de la troisième photo ci-dessous (de gauche à droite) : Marie-Hélène Famery, Gilles Bellière, Josette Jeanne Dit Fouque, Daniel Petit, Ghislaine Hervé, Pascal Dumesnil, Vviane Rioult, Jean-Michel Vallery, Véronique Blondel.

Au deuxième rang (de gauche à droite) : Aurélien Lecacheur, Thierry Leroux, Jean-Claude Blondel, Annick Hauchecorne, Jean-Pierre Lamare, Florence Baudry, Nada Afiouni, Gwenaëlle Corouge.

Au dernier rang (de gauche à droite) : Dominique Gouvéia, Gilbert Joignant, Christine Lecacheur, André Leseigneur, Nathalie Leprévost et Patrick Guard (au-dessus), Jean-Luc Hébert, Antoine Tauvel, Pascale Gallais, Hubert Collineau, Anne Darbon, Nicolas Guillet

img2145.jpg

Comme vous l’avez remarqué, quelques colistiers n’ont pu se rendre disponible pour les photos.

123



courrierapolitique |
fndouai2008 |
christinescellemaury |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Construire avec vous le du ...
| Bien Vivre ensemble l'aveni...
| COMMUNAL HAOUR FEYZIN 2008