• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 29 décembre 2007

Archive journalière du 29 déc 2007

Finances locales (suite)

Voici les premiers éléments budgétaires pour 2008 issus du Conseil municipal du 6 décembre 2007.

Finances locales (suite) dans Reflexions (anciens billets) doc votebudget20082.docdoc dans Reflexions (anciens billets) votebudget20081.doc

Réunion

La liste de Rassemblement de la gauche démocratique et citoyenne pour Montivilliers se réunira le 7 janvier prochain, à 20h30, au Foyer des Anciens, rue Oscar Germain, à Montivilliers.

Ordre du jour :
- désignation de la tête de liste,
- constitution de la liste,
- mise au point du tract,
- date de réunion publique.

A diffuser à tous les membres de l’équipe de Montivilliersagauche2008.

Cordialement.

Blog Montivilliers

Le seul blog actif pour Montivilliers a repris ses activités après quelques jours de repos.

La campagne électorale est relancée !

Faites-nous connaître ! Participez à nos discussions !

Soutenir le commerce local (réflexions)

En vue du maintien de la diversité des commerces dans les centres-villes, l’article 58 de la loi du 2 août 2005 en faveur des petites et moyennes entreprises avait instauré un droit de préemption au profit des communes sur les cessions de fonds de commerce, de fonds artisanaux et sur celles des baux commerciaux. Désormais, l’article L. 214-1 du Code de l’urbanisme prévoit que « Le conseil municipal peut, par délibération motivée, délimiter un périmètre de sauvegarde du commerce et de l’artisanat de proximité, à l’intérieur duquel sont soumises au droit de préemption institué par le présent chapitre les cessions de fonds artisanaux, de fonds de commerce ou de baux commerciaux ».

Le décret d’application de cette disposition (D. n° 2007-1827 26 déc. 2007) vient d’être publié. Il insère dans le Code de l’urbanisme un chapitre IV relatif au « droit de préemption des communes sur les fonds artisanaux, les fonds de commerce et les baux commerciaux ».

Il s’agit d’un dispositif important pour les communes qui, comme Montivilliers, disposent d’une activité commerciale importante en centre ville mais qui doivent faire face à une chute du nombre de commerce (selon certains commerçants, Montivilliers a perdu la moitié de ses commerces de proximité en 20 ans).

On peut donc envisager que l’action municipale contribue à réguler le commerce local :
- en évitant que ne s’ouvrent seulement des banques et agences immobilières,
- en préserver des activités plus traditionnelles, telles qu’une librairie (la dernière ayant fermé cette année dans la rue piétonne et, alors même que le prix du livre est unique, une librairie de proximité est viable)
- en favorisant l’installation de commerces répondant à des modes de vie plus récents (commerce de surgelés).

Mais il est évident que ce type de mesures restera insuffisant s’il n’est pas accompagné par une dynamisation des lieux d’activité commerciale (centre ville, Belle Etoile), notamment des conditions d’accès aux commerces et de l’aspect convivial de l’endroit, mais aussi par une attractivité de la ville, notamment sur le plan touristique.

Dans la tradition…

Dans la tradition, c’est le titre d’un article paru dans la presse locale le 26 décembre. En effet, « dans la tradition », pas une semaine ne passe sans qu’apparaisse publiquement le malaise des employés municipaux.

Jusque là, rien de neuf, sauf à la fin de l’article où M. Banville déplore le climat qui règne actuellement et « espère » que l’ensemble du personnel retrouve sa sérénité. Faut-il y trouver les prémices d’une auto-critique ? rien n’est moins sûr… Peut-être mis devant le fait accompli, reconnaît-il tout simplement l’existence d’un véritable problème à la mairie de Montivilliers.

Une équipe municipale doit être en capacité d’impulser une dynamique auprès de la population. Elle ne peut le faire qu’avec des agents municipaux motivés, mobilisés, respectés, qui comprennent le sens de leur action. Aujourd’hui, chaque événement public est tristement l’occasion pour les agents municipaux d’exprimer leur détresse. Comment est-ce possible d’arriver à une telle situation ? Quel gâchis !

M. Banville « espère » que la situation va changer. En bon gestionnaire qu’il prétend être, il doit pourtant savoir que l’espoir, en matière de « ressources humaines », n’est pas suffisant. Ce sont bien les objectifs et les méthodes qu’il faut changer. L’écoute, la confiance, la concertation… Faire le pari d’une intelligence plus collective. Voilà ce dont Montivilliers a besoin aujourd’hui !




courrierapolitique |
fndouai2008 |
christinescellemaury |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Construire avec vous le du ...
| Bien Vivre ensemble l'aveni...
| COMMUNAL HAOUR FEYZIN 2008